Archives du mot-clé Histoire de Savoirs

Echange franco-allemand – Appel à participants

Echange de Jeunes Ι France, Allemagne Ι Chemin des Dames Ι 21-28 octobre 2017

Histoire de Savoirs, et son partenaire allemand, le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e. V. organise un échange de jeunes « 1 paysage, 1000 mémoires en images » du 21 au 28 octobre 2017 sur le thème de la mémoire de la Grande Guerre et de la photographie. Nous recherchons 10 jeunes, de 17 à 25 ans, intéressés pour y participer. Tous les frais sont pris en charge. Seuls 50€ de frais de dossier restent à la charge des participants.

Pour tous renseignements : blandine.screve.hds@gmail.com / 07 62 73 16 04

Résumé du projet :

En cette année 2017, nous fêtons le centenaire de la bataille du Chemin des Dames. Afin de marquer cette année symbolique, nous organisons une rencontre franco-allemande de jeunes dans l’Aisne au Chemin des Dames où il y a cent ans, ces mêmes Nations se faisaient la guerre. À l’époque, en plus des nationalités Allemandes et Françaises, des Italiens, des Danois, des Britanniques et des Américains sont venu participer à cette bataille. Certains ont fait le choix de venir se battre pour un côté ou l’autre alors que leur propre pays n’était pas en guerre. Les frontières ont beaucoup changés depuis la première guerre mondiale. L’Aisne n’est pas un département où les questions des frontières et de l’identité sont évidentes. Et pourtant, lorsque l’on parcourt l’Aisne et ses champs de bataille, qu’on voit des cimetières et mémoriaux de différentes Nations disséminés un peu partout dans ce paysage historique, ces questions refont surface.
Ces questions de frontières, d’identités et surtout de mémoire sont toujours d’actualité avec le questionnement sur la position des pays dans l’Union Européenne. Mais c’est également une question très personnelle, lié à un ressenti et à une histoire individuelle.
Cette rencontre de jeune à le but de permettre aux jeunes de ces deux Nations de s’échanger et de tenter de trouver des réponses ensemble à ces questions. Les thèmes concernant l’identité et la mémoire sera également reprise dans un atelier photographie qui leur permettra de documenter leurs impressions et leur ressenti durant toute la rencontre.
Des lieux de mémoires tels que des cimetières militaires, mais aussi des villages détruits, les champs de batailles et des témoignages serviront de support afin de documenter leur parcours personnel et émotionnel dans le cadre de cet échange.

Le programme prévoit également des activités sportives, culturelles et informelles pour que les participants puissent vivre entièrement l’expérience interculturelle que représente une telle rencontre.

Pour découvrir le programme, cliquez ici : Programme Echange de jeunes – 1 paysage, 1000 mémoires en images

Projet financé par les programmes Erasmus +.

affiche-think-human

Appel à Participants! « Think Human! »

APPEL A PARTICIPANTS FRANCAIS
 projet »Think Human! »
affiche-think-human
Histoire de Savoirs est partenaire du projet « Think Human » porté par notre partenaire grec « System and G ». Ce projet porte sur l’intégration des réfugiés au sein des communautés locales en Europe et au Moyen Orient par la mise en place d’actions de sensibilisation, de rencontres… à destination des jeunes dans le but de combattre les préjugés et les craintes (cf description du projet ci-dessous en anglais).
A ce titre, nous recherchons 2 participants français acteurs de jeunesse, impliqués sur la thématique du projet, pour prendre part au trois rencontres qui auront lieu en Grèce :
1) Une formation européenne du 17 au 23 avril 2017 à Mytilini en Grèce
2) Un séminaire de rencontre du 11 au 16 juin 2017 à Athènes en Grèce
3) Une rencontre d’évaluation du 13 au 18 septembre 2017 à Idomeni en Grèce.
Histoire de Savoirs coordonnera la sélection, la préparation des participants et la logistique…
L’ensemble des frais (transport, logement, nourriture) sont pris en charge par les programmes Erasmus +. Les frais administratifs de 150€ pour l’ensemble des 3 rencontres restent à la charge des participants. Pour toutes informations,  nous contacter par mail : histoiredesavoirs@gmail.com ou par téléphone au 07 62 73 16 04.
 
Shortly about the project:
« Think Human! » is a 3 stages project that will gather 24 youth workers in order to offer them tools and the capacity to deal with the social dimensions of what we call Refugees crises. Coming from 12 different countries (Egypt, Jordan,Turkey, Greece, FYROM, Hungary, Germany, France, Sweden, Latvia, Ukraine and Georgia)  participants will have a holistic approach of the refugees crises and the related policies so to be able to produce actions and activities for the better integration of refugees and migrants back to their communities.
Our project will cover different types of conflicts and in different settings and consequently ways of transforming conflicts by non-violent actions for post-conflict/post-disaster rehabilitation actions and better integration of refugees . The emphasize is placed on foster a constructive debate on recent conflicts in Europe according to the refugees crises and in cooperation with the youth field to try to face the challenges.
This is done by promoting non-violent approaches leading to actions on peace-building in a society level between the refugees and the locals. Moreover, young leaders will discuss the significant role of youth participation in grass-root peace-building initiatives.
The trainers and invited experts will share practical and theoretical knowledge on the topics, through plenary sessions, discussions, workshops, creativity sessions, inter-cultural & interactive exercises and other non-formal educational methods. Essential throughout the TC is the input and experience sharing from participants.
“Think Human” is the natural reply of 12 HR organizations to the challenges that European society is facing related to the refuges crisis. Europe is becoming less and less safe place to live. Much of the violence is based at prejudices against refugees, which affects young people in our society and increase xenophobia. “Think Human” promotes the Human Dimension of every Human being! Europeans, non Europeans, of any color and gender, any country, refugees or not, we are all Humans! Above anything else!
Young people have the power to break prejudice, promote non–violent actions and become ambassadors of peace and justice for every human. We decided to promote this project because different forms of conflicts are often closely interrelated, young people affected by conflicts whether on international, national or on local level very often develop xenophobic and racist attitudes that can lead to aggressions and violence towards other ethnicities, people of other nationalities, or just any type of minorities – especially refugees.
Simply, chauvinism, racism and discrimination combined with violence and life threatening acts towards minority groups create the need to look for effective strategies to address issues of conflict and violence among young people. “Think Human” includes 3 stages, training course, seminar and evaluation meeting.
The places are selected to enrich not only the project learning experience in matters of learning outcomes but the emotional learning as well. We will follow the route of refugees within Greece!! Starting with the training course at Mytilene 17-23/04/2017, continue with the seminar in Athens 11-16/06/2017 and finish with the evaluation meeting at the Greek-FYROM borders at Idomeni / Kilkis13-18/09/2017. In each place will be targeted visits and meetings with experts of the topic.
The project aims to develop new initiatives and strategies for youth inclusion and active involvement of young people in projects dealing with conflicts on international, national and local level promoting the integration of refugees. This project is dedicated to the promotion of non-violent actions and the development of peaceful social inclusion initiatives for refugees.
The background of the project outline is constituted by existing regional conflicts in  South Eastern Europe, Mediterranean Partner Countries  and Eastern Europe and Caucasus countries and the increasing tensions within many EU countries in regards to nationalism and racism. Tensions that affect directly the EU refugees policy.
As a result, the projects aims to develop new initiatives and strategies for youth refugees inclusion and active involvement of young people in projects dealing with conflicts on international, national and local level. Young people are playing a major role in the solution of existing conflicts and tensions between communities, and can take a leading function in promoting peace, establishing links between the conflict parties, and turning frozen conflicts into constructive dialogues by applying innovative methods all across Europe.
stand-up-for-your-mobility

Appel à participants – Formation européenne – Stand up for Your Mobility

Formation européenne | Mobilité européenne, liberté de mouvement, campagne de sensibilisation, diffusion et mise en réseau | Marchiennes (59) | mars 2017

Histoire de Savoirs recherche 3 participants français pour prendre part à la formation européenne « Stand up for Your mobility » , qui porte sur la mobilité en Europe et la libre circulation en Europe, la création et diffusion d’une campagne de sensibilisation, et la mise en réseau de jeunes porteurs.

Elle aura lieu du 18 au 26 mars 2016 à Lille

Le contenu:
Des échanges et discussions autour du thème de la mobilité européenne et la liberté de circulation en Europe, ses fondements, sur les différentes situations nationales et l’enjeu européen ouvriront la rencontre qui continuera sur la création en groupe d’une campagne de sensibilisation sur le sujet par des supports vidéo, photo et graphiques pour déboucher sur la diffusion à l’échelle européenne et locale. Les participants seront ainsi formés à la réalisation de support de communication, à leur diffusion à des fins de campagne de sensibilisation. Ils repartiront chez eux avec des outils concrets pour promouvoir la libre circulation en Europe. Enfin, les formations européennes incluent des moments de partage d’expériences et de savoir-faire entre les participants, la découverte des programmes Erasmus + et la mise en réseau de structures en Europe. Ces échanges et activités sont proposés et encadrés par des intervenants professionnels (Histoire de Savoirs).
Les pays partenaires: 
Il y aura 31 participants venant de 10 Pays différents >L’Allemagne, l’Italie, la Roumanie, la Lituanie, l’Espagne, la Grèce, la République Tchèque, la Croatie, l’Estonie et la France.
Brièvement, qu’est-ce qu’une formation européenne (Programme Erasmus+) ? 
Ces formations rassemblent des acteurs de jeunesse professionnels ou bénévoles d’Europe. Elles sont animées par des équipes de formateurs professionnels spécialisés en fonction de la thématique.Elles se distinguent des formations habituelles, puisqu’elles entrent dans le cadre de l’éducation non-formelle. L’accent est mis sur l’interactivité, la participation active, l’échange d’expérience et la mise en réseau (ateliers, débats, activités pratiques, temps de réflexion et d’échanges informels). Les participants vivent ensemble pendant 7 jours.
Pour participer, il faut être impliqué dans une structure locale (professionnel ou bénévole), avoir fait l’expérience de la mobilité européenne (Erasmus, Erasmus +, voyages …) et parler anglais. Ces formations se déroulent sur 7 jours pleins. Elles sont validées par un certificat européen (Youth Pass).
Conditions financières : 50€ de frais de participation. Le transport, logement et restauration sont pris en charge par les programmes Erasmus +.
Pour plus d’information : découvrez l’infopack de la formation : infopack-stand-up-for-your-mobility-2017 et le formulaire de candidature : stand-up-for-your-mobility-participants-application-form

Veuillez nous contacter ici: stand.up.for.your.mobility@gmail.com

Cette formation est financée par les programmes Erasmus +

hds-entreprendre-autrement-en-europe-fly-1

Lead The Future – Formation Européenne

Formation européenne Ι Education non formelle, Economie Sociale et Solidaire Ι novembre 2016  Ι Lille

La formation Lead The Future a eu lieu à Lille du 19 au 27 décembre. Au programme de cette formation qui portait sur l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), des échanges sur la situation au niveau européen et dans les différents pays présents, la découverte d’initiatives locales, le montage de projets collectifs et la mise en réseau.

Le principe donc de cette formation était de se réunir pour parler d’ESS, et de monter des projets d’ESS en groupe. Bien sûr dit comme ça, ça a l’air simple. Mais d’abord, il fallait se mettre d’accord sur ce qu’était l’ESS car tous n’avaient pas la même idée et certains ne connaissaient pas exactement le principe.

C’est donc après une journée d’introduction et d’échanges que nous nous sommes mis à travailler. Les différents participants de Pologne, Allemagne, Italie, Angleterre et France s’étant assez bien entendus nous ne risquions pas d’avoir de conflit diplomatique avec les autres pays mais plus important, nous étions capables de nous mélanger en petits groupes peu importe notre nationalité. Après quelques discussions, les participants se sont regroupés en fonction de leur centre d’intérêt. Le soir nous étions accueillis par la Ville de Lille qui soutenait ce projet.

Mardi et mercredi matin, nous avons découvert ce qu’était l’ESS grâce à des exemples très concrets (la tente des glaneurs, l’épicerie solidaire la Passerelle, NASDAQ, ENERCOOP, GECO, Les Blongions…). Des visites très intéressantes qui ont donné des idées à certains participants pour des projets bien particuliers. Puis l’après-midi les participants travaillaient sur leur projet.

Il y avait 6 groupes sur différents projets : une ferme urbaine, un centre de jeunesse, une communauté indépendante en énergie, un tiers-lieu culturel, des ateliers citoyens, une structure d’inclusion sociale.

Le jeudi, les groupes ont affiné leur projet et préparé leur présentation pour l’événément public du lendemain.  Le soir même c’était la soirée interculturelle; une soirée où ceux qui pouvaient, ramenaient de la nourriture et/ou des boissons de leur pays pour la faire partager avec les autres. Pour les français, on a pas eu à faire un vrai repas le soir, juste un peu de grignotage (fromage, saucisson…).

Le vendredi, matinée libre pour tout le monde. Vers 14h30, la présentation publique pouvait commencer;  le jury était présent et les présentations prêtes. Après un mot de Christiane Bouchart, conseillère municipale à l’ESS, une introduction de Kenneth Guiguer, chaque groupe a présenté son projet. Des présentations qui devaient durer 10 minutes chacune sont passées pour certain cas à 20 minutes. Nous étions donc en retard. Mais bon, les projets et les échanges étaient intéressants.

Le soir, c’était resto pour fêter ça ! Puis après, les participants ont choisi :  pour certains dodo, pour d’autres bar (certainement l’un des meilleurs remède contre l’insomnie…)

Le lendemain nous étions majoritairement assez fatigués après toute cette semaine chargée (en émotion aussi très certainement mais que voulez-vous, je ne suis pas l’œil de Moscou, je ne suis pas forcément au courant de tout ce qu’il se passe. Pas encore…) Du coup après un moment de « sensibilisation » par rapport au programme Erasmus + et à l’éducation non formelle, nous avons échangé et évalué la formation et évoqué des futures rencontres, nous avions un moment libre jusqu’au soir où on mangeait (encore) dans un restaurant. Le rendez-vous était à 19h30, certains ont, en attendant, gambadé dans Lille. En ce qui me concerne, j’ai préféré éviter la plèbe du Black Friday et me suis rendu dès que possible chez moi.

Au restaurant nous avons remis aux participants leur diplôme Youth Pass et un petit cadeau, après un repas copieux. Pour la dernière soirée, les participants et les formateurs présents se sont rendu dans quelques bars. Moi? J’ai dit au revoir et je suis parti avec une classe sans pareil.

Pour faire bref, c’était une semaine très sympathique mais très chargée car très riche en échanges sur des thèmes spécifiques (et en anglais évidemment). Tous les participants sont repartis enthousiastes et motivés pour développer des projets d’ESS chez eux,  un carnet d’adresse rempli, et conquis par Lille. Rendez-vous est donné l’année prochaine à Leeds ou à Turin pour une nouvelle rencontre.

Hugo Triffault, service civique

logo Art For Your Future - Histoire de Savoirs

Art For Your Future 2016 – Formation européenne

Formation européenne Ι Education non formelle, pratiques artistiques Ι Octobre 2016  Ι Marchiennes

La formation Art for your Future, qui a eu lieu du 15 au 23 octobre, portait sur l’éducation non formelle par les pratiques artistiques. Au programme : discussions, échanges d’expériences, et ateliers : la photo, le dessin et la vidéo. A partir d’un thème prédéfini (ici la mobilité) les participants devaient utiliser les arts visuels pour s’exprimer.

Mais quel est l’intérêt de ce type de formation me dira-t-on ? A vrai dire, les participants viennent d’un peu partout en Europe. Il y avait 28 participants venant de Roumanie, de Lettonie, d’Italie, de Grèce, d’Espagne et de Slovénie et trois formateurs français. Ils ont un âge différent, proviennent de milieux différents et ont un parcours, une éducation différente. C’est donc ici que cela devient intéressant : Comment avec des personnes différentes nous allons travailler autour d’un même thème tout en s’affranchissant de la barrière de la langue ?

Tout d’abord, les premiers jours nous avons fait des jeux permettant un rapprochement entre les personnes, de manière à éviter que toutes les mêmes nationalités restent entre elles. Ce qui a bien fonctionné sauf quelques exceptions évidemment, mais sinon ça ne serait pas drôle.

En ce qui concerne la barrière de la langue, presque tout le monde parlait anglais, encore une fois sauf quelques exceptions mais on arrivait quand même à se faire comprendre en passant soit par une autre langue ou alors par le biais d’une personne qui se chargeait de traduire.

Comment se sont déroulés les ateliers ?

Comme mentionné plus haut, ils étaient au nombre de trois sur trois jours. Assez rapidement les participants pouvaient choisir de s’inscrire dans un atelier pour le matin et l’après-midi.

Le déroulement des ateliers avait été expliqué pendant une journée avec le reste du programme de la semaine, permettant ainsi de ne pas avoir à tout expliquer au moment même et de perdre un temps fou.

En vidéo, photo et arts graphiques, trois intervenantes professionnelles ont encadré les ateliers.

Expertes dans leur domaine, elles ont contribué à expliquer aux participants les techniques et procédés qu’ils allaient utiliser durant l’atelier, que ce soit l’utilisation d’un écran vert, du stop motion ou du lightgraff, du sténopé, en passant par les cartes imaginaires. Tout fût introduit et expliqué de sorte que tout le monde puisse refaire les ateliers de retour chez eux.

Ce qui faisait la force du groupe aussi, ne se déroulait pas que pendant les ateliers. En effet, les repas, qui étaient bons et bien garnis, permettaient aux participants de toujours se rapprocher en dehors des temps de travail.

Il y avait des soirées à thème aussi, l’une française et l’autre intitulé soirée interculturelle durant lesquelles tout le monde faisait découvrir aux autres ses spécialités nationales.

Bien sûr il y avait aussi des soirées moins formelles durant lesquelles les participants continuaient d’échanger, de discuter etc. ce qui mena certaines fois à des pannes d’oreiller et à des romances (preuve comme quoi l’intégration à bien fonctionné) mais ça c’est un détail.

Après trois jours d’ateliers il fallait commencer à organiser le but final de ces derniers : une exposition.

Il fallait donc prendre en compte la configuration de l’auberge où nous étions afin de l’aménager selon nos besoins. Certaines pièces ont été totalement réquisitionnées, d’autres simplement décorées mais dans l’ensemble tout l’espace de vie avait été touché.

L’exposition a donc bien lieu (je me tairai sur le nombre de personnes venus voir l’exposition, cela enlèvera de la superbe à tout le projet) et les retours sont assez bons.

Fier d’un travail intense mais très intéressant et après une semaine passée ensemble, retour sur les attentes, les peurs et les meilleurs moments de chacun. Généralement tout s’est bien passé, certains ont même pleuré (pffff les faibles) car on savait qu’on allait bientôt se quitter.

La dernière soirée passée ensemble fût sympathique mais un peu plus courte que les autres, en même temps, le lendemain nous avions rendez-vous assez tôt pour prendre le bus qui nous amènerait sur Lille.

C’est donc après un petit déjeuner pour certains que nous nous sommes mis en route pour le bus. Arrivé à Lille, certains prirent des trains pour rentrer dans leur pays, d’autre le bus mais une chose est sûre, c’est que les adieux ont été marquants, plus pour certains que d’autres (je ne vais pas encore faire de commentaire sur ces faibles qui pleurent, on me traiterait d’ignoble personnage)

En bref, si on me demandait de recommencer ce type d’expérience, je signerais directement.

Hugo Triffault, Service civique

flyer-a6-jdp-2016-11

Histoire(s) de Faubourg – Journées Européenne du Patrimoine 2016

Exposition | Journées Européennes du Patrimoine| Lille (59) | Septembre 2016

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine qui se sont tenues à Lille les 17 et 18 septembre 2016, Histoire de Savoirs a présenté une exposition, Histoire(s) de Faubourg, au Faubourg de Béthune, plus précisément sur l’ensemble Concorde.

C’était une exposition photo hors-les-murs, ou plutôt devrait-on dire sur les murs qui attendaient les visiteurs ! Organisées par le groupe mémoire d’Histoire de Savoir(s), ces photos étaient affichées sur les façades des immeubles de l’ensemble Concorde. Témoignages du passé des habitants du Faubourg de Béthune, ces photos d’archives, mettant en scène des vaches, souvenirs d’enfance ou encore les cabanes de bois qui occupaient la ceinture de Lille laissée vide par la destruction des fortifications, ont permis d’évoquer l’utilisation des lieux avant la construction du quartier de Concorde. Elles ont été légendées par les participants du groupe mémoire d’Histoire de Savoir(s), tous anciens habitants du quartier.

Point d’orgue de cette exposition, un rendez-vous était donné de 14h à 18h sur l’ensemble Concorde. Autour d’un café et d’une maquette réalisée par « La vie de Chantier », les habitants du quartier, nouveaux comme anciens étaient invités à échanger sur le passé, le présent et le futur du quartier Concorde et du Faubourg de Béthune en général. Pour les plus jeunes, un rallye les invitait à explorer le quartier pour trouver les réponses aux questions qui leur étaient posées dans un petit livret.

Les 70 participants ont été ravis de ce moment. Pour Madame Robart, ancienne professeure de français au collège Camus et participante au groupe mémoire, ce fut l’occasion de retrouver des anciens élèves pour de joyeuses retrouvailles. « Ce fut pour moi le bonheur parfait », comme elle le dit elle-même, impatiente de réitérer l’expérience pour les prochaines Journées Européennes du Patrimoine.

L’exposition « Gueules Noires » – 9-9 bis – 2015

Exposition de photographie Ι projet franco-polonais Ι septembre-octobre 2015  Ι 9-9bis, Oignies

Du 19 septembre au 11 octobre dernier, l’exposition de photographies issue du projet « Les Gueules Noires de l’Europe » a été présentée dans le Bâtiment des Machines, du site du 9-9bis, à Oignies.

Plus de 100 photographies, réunies sur 9 installations ont offert aux 1600 visiteurs qui ont découvert un voyage au coeur de l’activité minière en Pologne et en France, sa mémoire, ses paysages, sa flore, et la vie de ses mineurs d’hier et d’aujourd’hui.
C’est dans le cadre préservé du Bâtiment des machines du 9-9 bis qu’ont été présentées les oeuvres des 7 photographes français et polonais faisant écho, grâce à une scénographie travaillée, aux machines, témoins impressionnants de l’histoire du site.
Situé en plein coeur du Bassin minier Nord Pas-de-Calais inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, le 9-9bis, à Oignies, fait partie des cinq grands sites de la mémoire minière. Il s’agit d’un site symbolique puisque c’est à Oignies en 1842 que l’on découvre le charbon et c’est le 21 décembre 1990 que la dernière gaillette de charbon est remontée du 9-9bis, signant l’arrêt définitif de l’exploitation du charbon dans le Nord-Pas de Calais. A la fois espace naturel, lieu d’habitation et site d’exploitation, cet ancien carreau de fosse classé Monument Historique fait aujourd’hui l’objet d’une reconversion axée sur les pratiques musicales et la valorisation du patrimoine minier.
L’exposition « Les Gueules Noires de l’Europe » est l’aboutissement d’un projet réunissant l’association Histoire de Savoir(s) et 7 photographes polonais et français. Loin d’une commande photographique classique où le photographe produit seul ses photos, l’exposition est le fruit de deux ans de travail collaboratif, quatre résidences collectives en France et en Pologne et des ateliers participatifs avec la population locale. La multi culturalité et l’échange humain que sous-tendent ces résidences collectives stimulent la créativité et accentuent la profondeur et la qualité de la création artistique.

Le projet « Les Gueules Noires de l’Europe » entre aujourd’hui dans une nouvelle phase avec la mise en place d’ateliers participatifs pour permettre aux habitants du bassin minier de se réapproprier leur patrimoine minier par le biais de la photographie.  Vous pouvez découvrir quelques exemples d’ateliers photo proposés en téléchargeant le catalogue ici.

Les expositions sont aujourd’hui disponibles et nous cherchons à les diffuser sur le territoire du bassin minier. Si vous êtes intéressés, vous pouvez découvrir plus en détails les photographes, leurs série photographiques ainsi que les fiches techniques des exposition en cliquant ici.